Loading...
19Mai

Bienvenue sur le nouveau Blog de Green Récup !

Le blog Green Récup vous garantit:

  • L’ information sans intoxication
  • Le recyclage sans papotage
  • Le changement sans renversement

Un tour du monde des bonnes pratiques du recyclage sans mauvaise langue !

 

18Mai

Le traitement des déchets électroniques progresse

Publié parNouvellesTagged déchets, DEEENo Comments

Rapporter son vieil aspirateur ou la machine à laver qui vient de rendre l’âme en magasin pour qu’ils soient recyclés est devenu un réflexe. La directive européenne 2002/96/CE qui rend obligatoire la valorisation des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) et qui a été mise en place en 2005 est plutôt bien rentrée dans les moeurs. D’ailleurs, le traitement des DEEE est en constante progression depuis ! S’il reste encore du chemin, il semble que nous sommes quand même sur la bonne voie…

De l’importance du recyclage des DEEE

Un DEEE, ou déchet d’équipement électrique électronique, est le déchet d’un équipement fonctionnant grâce à des courants électriques ou des champs électromagnétiques, c’est à dire tous les équipements fonctionnant avec une prise électrique, une pile ou un accumulateur (rechargeable).

A la maison, nous utilisons des dizaines de produits électroniques tous les jours : les appareils électroménagers, la vidéo et la hi-Fi, l’éclairage… Tout cela produit forcément un jour ou l’autre des déchets. Des tonnes de déchets même puisqu’en 2008, on a collecté 283 500 tonnes de DEEE. Le chiffre est en augmentation constante avec 393 000 tonnes en 2009 et 434 000 en 2010.

Selon l’ADEME, « l’objectif de la collecte des DEEE ménagers fixé à 4kg/hab./an a été dépassé en 2010 avec 6.4kg/hab./an. ». Si l’on peut saluer les efforts communs, il ne faut pas se reposer sur ses lauriers. La directive européenne fixait à partir de 2016, un objectif de collecte de 45 % des équipements électroniques vendus. Cet objectif est porté à partir de 2019 à 65 % des équipements vendus, ou à 85 % des déchets électroniques produits. L’objectif est très ambitieux, et il reste du chemin à parcourir pour en arriver là si l’on en croit une étude récente d’Eco-Systèmes. En 2011, l’organisme de collecte mettait en évidence qu’1 Français sur 2 stockait les DEEE au lieu de les recycler. Il n’est pas rare en effet de garder dans des tiroirs un vieux téléphone portable ou toute une collection d’ampoules grillées que l’on a tendance à oublier dans un coin…

Malgré tout, la collecte des DEEE avance à grand pas. C’est une excellente nouvelle pour l’environnement car tous les appareils électriques et électroniques sont recyclables. Leur taux de recyclage varie en effet entre 74 % et 86 %. Cela permet ainsi de produire de nouvelles matières premières secondaires et de fabriquer de nouveaux appareils tout en préservant les ressources naturelles qui s’épuisent.

D’après les estimations de la commission européenne, le volume des DEEE atteindra 12 millions de tonnes d’ici à 2020. L’objectif final de la directive – le seuil ambitieux de 85 % des DEEE produits -, implique que d’ici là, environ 10 millions de tonnes, c’est-à-dire environ 20 kg par habitant, seront collectés séparément dans l’UE.

Comment recycler ses DEEE ?

Depuis la mise en place de la directive sur le traitement et la valorisation des DEEE, 4 organismes agréés par les pouvoirs publics se chargent de récolter et de traiter ces déchets spéciaux. En ce moment, on entend beaucoup parler d’Eco-systèmes , un éco-organisme co-créé par 35 producteurs et distributeurs de biens électroniques. Eco-systèmes est un dispositif national qui s’occupe de collecter, dépolluer et recycler tous les DEEE, exception faite des lampes.

En 2012, Eco-systèmes a collecté et recyclé l’équivalent de 37,5 millions d’anciens appareils électriques. Du plus petit téléphone au plus gros réfrigérateur, en passant par l’aspirateur…

Au terme de la première année, l’organisme avait déjà collecté 350 000 appareils usagés. 5 ans plus tard, en 2011, Eco-Systèmes en avait récupéré plus de 32 millions ! Un franc succès pour cette mission d’intérêt général.
Cette ascension fulgurante s’explique par la mise en place d’une plateforme internet – www.eco-systemes.fr – qui facilite grandement les opérations. Le recyclage des DEEE devient simplissime :

  1. Il suffit d’indiquer l’appareil dont on souhaite se débarrasser : réfrigérateur, lave-linge, sèche-cheveux, téléphone portable, etc. ;
  2. On renseigne son état de fonctionnement ;
  3. On précise son code postal.

Grâce à la géolocalisation, Eco-Système renseigne sur toutes les déchetteries agréées et les points de ventes situés près de chez vous et qui reprendront votre appareil. Car en effet, depuis la directive, à l’achat d’un appareil neuf, le distributeur est dans l’obligation de reprendre l’ancien. C’est la raison pour laquelle nous payons la fameuse ecoparticipation. Elle correspond au coût de collecte, de réemploi, de dépollution et de recyclage d’un appareil usagé équivalent.

Le plus du service : le portail est associé à des réseaux solidaires comme Emmaüs. Ainsi, si l’appareil fonctionne encore, il sera remis en état et revendu à prix réduit.

N’oubliez pas que vous pouvez aussi donner les appareils dont vous ne vous servez plus, et faire des heureux ! Rendez-vous sur la plateforme de don de consoGlobe.
D’autres organismes collectent les DEEE comme Ecologic, ERP France et Recyclum spécialisé dans le recyclage des lampes.

Les lampes de plus en plus recyclées

ampouleLes Français qui jettent leurs ampoules à la poubelle sont de moins en moins nombreux. Ainsi, on note une nette progression puisqu’ils n’étaient que 28 % à utiliser les bacs de collecte de lampes à recycler en 2008 et qu’ils sont 62 % aujourd’hui ! C’est bien mais… on peut encore mieux faire ! En effet, malgré la bonne volonté des consommateurs, 20 % se trompent encore et jettent leurs lampes dans le bac pour le verre ou les emballages ménagers…

Malheureusement, ce geste coûte à l’environnement car les lampes contenant des substances nocives comme le mercure, et des terres rares qui peuvent être recyclées, nécessitent un traitement spécifique.

Les lampes doivent donc être rapportées dans l’un des 19 000 points de collecte mis en place par Recyclum et accessibles au public : en supermarché, magasin de bricolage, d’électroménager, etc. Vous êtes 80 % à connaître un point de collecte près de chez vous, de mieux en mieux !

Source : http://www.consoglobe.com/

17Mai

Le recyclage en France : que deviennent nos déchets ?

Publié parNouvellesTagged déchets, recyclageNo Comments

C’est une véritable marée qui va finir par nous noyer. Un département sur deux risque d’être débordé par les ordures, et la gestion des déchets coûte de plus en plus cher : globalement 10 milliards d’euros (contre 3,5 Mds € en 1990) dont près de la moitié directement payée par les ménages sous la forme de taxes d’enlèvement.

Déchets, la mer monte !

Pas loin de 28 tonnes de déchets sont produits en France, chaque seconde. Soit 868 millions de tonnes de déchets par an qu’il faut recycler, enfouir, retraiter, … En gros, chaque Français paie 120 euros par an pour faire traiter ses poubelles.

Les déchets proviennent surtout de l’agriculture, du bâtiment et des travaux publics. Le secteur du traitement des déchets est en croissance et emploi plus de 23 000 personnes en France. > plus de chiffres la production de déchets en France

Recyclage, la France en retard

Selon le dernier rapport de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) qui porte sur le recyclage et la collecte des déchets ménagers, il y a toujours de gros écarts de performance entre les différents pays européens :

5 pays ont d’ores et déjà franchi la barre de 50 % : l’Autriche avec 63 % du volume recyclé, suivi de l’Allemagne 62 %, de la Belgique 58 %, des Pays-Bas et de la Suisse, à égalité, 51 %.
Avec seulement 37 %, la France est loin derrière, à peine dans la moyenne européenne (40 %).
Une part importante du contenu de nos poubelles finit toujours dans les décharges ou brûlée dans des incinérateurs.
Que deviennent vos déchets collectés?

Que contiennent nos poubelles ?

Comme chaque personne produit 360 kilos de poubelle par an, (374 kg/habitant en 2009) dont 70 kilos de déchets organiques qui pourraient finir dans un compost individuel, 50 kilos de papier magazines ou journaux.29 % de déchets putrescibles

  • 25 % de papiers cartons
  • 13 % de verre
  • 11 % de plastique
  • 4 % de métaux
  • 18 % de divers

Les déchets des ménages sont estimés à 33,7 millions de tonnes par an, soit 80 % des déchets collectés par les municipalités. Leur production augmente depuis plusieurs années : entre 2004 et 2006, ils a avaient progressé de 4,2 %. Au cours de la même période, la population n’avait augmenté que de 1,2 %…

Que deviennent nos déchets ?

20 % seulement des 30 millions de tonnes d’ordures sont recyclés.

En 2003, le taux de recyclage des emballages ménagers du programme éco-emballages était de 63 %. En comptant les emballages industriels, on arrive à un taux de recyclage de 44 % en France. Mais attention : recyclable ne veut pas dire recyclé. Ce n’est pas parce-qu’un produit porte le logo Recyclable (la boucle ou anneau de Moëbius) que le produit sera forcément recyclé en fin de vie.

Le point vert, présent sur 95 % des emballages, indique que l’entreprise cotise au programme Eco-Emballages mais ne signifie pas que le produit est recyclé. Loin de là.
La part des modes de retraitement des déchets

Les déchets collectés en France empruntent les canaux suivants :

  • Incinération : 30 %
  • Décharges : 36 %
  • Valorisation matière (recyclage) : 20 %
  • Gestion biologique (compostage/méthanisation des déchets organiques) : 14 %

Les incinérateurs et le recyclage

Pas loin de deux tiers de nos déchets sont jetés en décharge ou incinérés !

Un incinérateur est une usine coûteuse et longue à construire qui brûle les ordures à 850 degrés et les transforme en un reliquat de 40 kilos de matière solide. L’incinération fait souvent peur du fait des polluants qu’elle rejette dans l’atmosphère.

Il faut pourtant savoir que s’il est vrai qu’il y a 2000 sortes de particules rejetées par une usine d’incinération, de grands progrès ont été réalisés en 15 ans. Par exemple, le taux de rejet de dioxines cancérigènes par les incinérateurs modernes a été divisé par 100 et correspond aux normes européennes.

Dans la moitié des départements, notamment en Bretagne, en Normandie, ou dans le Sud-Est, on frôle l’engorgement depuis 2009.
Les décharges, quant à elles, sont censées disparaître du paysage mais elles demeurent souvent une source de pollution : l’une des plus connues est la décharge d’Entressen à Marseille qui recueille quelque 600 000 tonnes de poubelles marseillaises à ciel ouvert faute de voir l’incinérateur de Fos-sur-Mer prendre le relais avant 2008.
Le recyclage en France : repères

Chaque année, le recyclage en France permet d’éviter l’émission de 1,8 million de tonnes de CO2, soit l’équivalent de 800 000 voitures en moins sur les routes. Le recyclage en France, c’est 44,3 millions de tonnes de matières premières recyclées pour 47,1 millions de tonnes collectées, un chiffre d’affaires de 12,4 milliards d’euros en 2012 et plus de 33 000 emplois non délocalisables sur le territoire français.

Source: consoglobe.fr

Contactez-nous
Tel: +33 1 48 03 26 78
Adresse principale
82, rue de Montigny – 95100 ARGENTEUIL
Nouvelle adresse
4, rue de l'Ouest – 95100 ARGENTEUIL
Demandez votre devis gratuit
Où nous trouver Revenir au début
 Précédent  Tout fonctionne Suivant